Navette Tours - Saint-Pierre-des-Corps

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 1 juin 2017

journal "la Clarté" St-PIerre des corps de juin 2017

Extrait de « Clarté Informations, n° 364 -- Juin 2017 (pages 9-11) »

Les différentes pistes concernant le tracé de la deuxième ligne de tramway ont été présentées fin avril à Saint-Pierre, lors d'une séance publique du conseil municipal. Présentation du projet, d'échanges, de réflexion pour que la deuxième ligne de tramway desserve la commune.

La deuxième ligne de tramway desservira-t-elle Saint-Pierre ? Rien n'est encore décidé. « L'aménagement de longue date de l'avenue Jean-Bonnin pour accueillir un tram, et le fait que nous avons proposé une ligne passant ensuite par la gare (sous les voies), les Atlantes, Rochepinard, les Granges Galand, les Fontaines et ensuite Trousseau, a pu laisser entendre à certains habitants que c'était acquis », relève Marie-France Beaufils, sénatrice-maire. Or, les premiers éléments des études menées par la Direction des mobilités de Tours Métropole ne sont pas les plus favorables au passage d'une ligne desservant à la fois la Rabaterie, le centre-ville et la gare TGV. Ce qui ne veut pas dire que la bataille est perdue, loin s'en faut. Mardi 25 avril, lors d'une séance publique du conseil municipal à la salle des fêtes, un point a été présenté sur l'état d'avancement de la réflexion concernant le tracé de la deuxième ligne du tram, en présence de Frédéric Augis, vice-président de Tours Métropole en charge des mobilités. La deuxième ligne de tramway Des consultations menées au cours du dernier trimestre 2016 avec des élus, les responsables du CHU, de l'Université, et des associations, sortent quelques points forts : la nécessité de desservir les deux hôpitaux Bretonneau et Trousseau ; éviter de passer une deuxième ligne rue Nationale pour des raisons de sécurité avec les piétons ; éviter le secteur des universités par Grandmont et son parc boisé protégé ; bien relier le centre et les communes alentours par des parcs-relais de stationnement ; desservir le quartier des Fontaines desservir la gare TGV à Saint-Pierre. La moulinette des chiffres — la modélisation — a permis d'établir un diagnostic des mouvements actuels et prévisibles du nombre de voyageurs et dans la foulée le tracé de plusieurs « corridors » au sein desquels on affine différents tracés. « Sur le corridor est reliant Tours à SaintPierre-des-Corps, trois trajets possibles ont été dessinés, 2A, 2B, 2C », relève n - juin

Marie-France Beaufils. « Le point qui ferait accord, c'est l'accessibilité de la population aux hôpitaux. Pour le reste, la réflexion reste ouverte. Il est important que chacun sache les principaux éléments du point d'étape où en est Tours Métropole (lire page suivante). A l'issue de la réunion publique du 25 avril, les élus de Saint-Pierre ont voté un texte présentant leurs arguments pour une desserte pleine et entière de notre commune, et nous allons nous appuyer là-dessus pour poursuivre la réflexion avec Tours Métropole (lire page 11). »

Ce que dit l'étude de Tours Métropole L'analyse tient compte du nombre de kilomètres à construire, des ponts et autres tunnels à réaliser, de l'impact sur la circulation actuelle et sur le stationnement ainsi que sur le bâti.

Pour le « corridor est entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps, le diagnostic tient compte des contraintes d'insertion et de la performance transport, soit le nombre de voyageurs estimés.

Contraintes d'insertion Il est dit que te boulevard Heurteloup pose problème en l'état actuel des choses pour le tracé 2A. Ce tracé emprunterait l'avenue Jean-Bonnin, la rue Blanqui, la rue de l'Aubrière, puis Jean Jaurès, la rue de la Rabaterie et la rue Pierre-Curie vers la gare. Le boulevard Heurteloup supporte un gros trafic lié, entre autre, au fait qu'il est le débouché de la sortie « Tours centre » de l'autoroute AIO. II serait opportun de connaître d'où viennent et où vont les automobilistes qui sortent à « Tours centre Par ailleurs, on nous fait état de réticences à un passage sur ce boulevard, faisant valoir les 300 places de stationnement qu'il propose aux riverains. Le fait de devoir passer sur le domaine de la SNCF, un ouvrage d'art à bâtir et l'impact sur le bâti du fait d'une forte densité urbaine, sont les principales contraintes du trajet 2B qui passerait par la rue Edouard-Vaillant, puis sous l'Al 0, traverserait l'avenue Pompidou, emprunterait la rue des Ateliers et pour relier la gare TGV. La construction d'un tunnel sous les voies ferrées est la principale contrainte du trajet 2C qui emprunte la rue Edouard-Vaillant, l'avenue Pompidou, le boulevard Wagner pour rejoindre les Atlantes et ressortir à la gare.

La deuxième ligne de tramway Le potentiel de desserte qui prend en compte la population, les emplois, la présence d'établissements scolaires, est jugé « moyen », pour le « corridor est » avec un meilleur résultat pour le trajet 2B. L'étude reconnaît l'enjeu de desserte de la gare TGV et du quartier de la Rabaterie par un transport en commun. Elle privilégie le trajet 28, malgré ses contraintes. Ce trajet 28, fait écho au concours « Passages » lancé auprès d'urbanistes il y a deux ans par l'Agence d'urbanisme afin de trouver des lieux susceptibles d'augmenter les liaisons « Saint-Pierre - Tours ». Les cinq axes forts retenus par l'étude En tenant compte des autres corridors étudiés, l'étude retient cinq axes forts : • L'avenue de Grammont pour rejoindre Trousseau • La rue Edouard-Vaillant, les Fontaines, puis Trousseau • Bretonneau via le quartier des Casernes à Tours et le boulevard Béranger • Un trajet vers Saint-Pierre-des-Corps via la rue Edouard-Vaillant (le 2B) • Enfin la desserte de Saint-Cyr-sur-Loire par l'avenue De Gaulle Une ligne La Riche (Bretonneau) / Saint-Pierre (gare TGV) est jugée sous dimensionnée en termes de nombre de voyageurs pour accueillir un tramway. Les coûts seraient plus élevés pour les deux trajets passant par rue Edouard Vaillant mais le réseau serait plus équilibré entre l'est et l'ouest du territoire urbain. Le scénario jugé actuellement le plus favorable à ce stade est Bretonneau, quartier des Casernes à Tours, rue Giraudeau, boulevard Béranger, avenue de Grammont, quartier des Fontaines, Alouette, puis Trousseau. L'investissement est estimé à hauteur de 254 millions d'euros hors taxes. no - juin

La deuxième ligne de tramway Ce que préconisent les élus de Saint—Pierre Les élus de Saint-Pierre réaffirment leur volonté de voir se réaliser une deuxième ligne est-ouest complémentaire à la première ligne nord-sud. Une ligne qui pourra assurer la desserte des deux hôpitaux Bretonneau et Trousseau, de la gare TGV et ses 12 000 voyageurs par jour, des zones d'activités économiques pour les 10 000 salariés qui y travaillent et du quartier de la Rabaterie que l'on ne saurait laisser à l'écart de la solidarité au sein de la métropole. Voici leurs arguments... Porte d'accès pour l'est Son territoire est la porte d'accès à l'est de l'agglomération vers des secteurs à population croissante, de La Ville-aux-Dames au bassin d'Amboise. Population de la Communauté de communes de l'est tourangeaux 39 000 habitants (dix communes entre La Ville-aux-Dames, Azay-sur-Cher et Reugny) et population d'Amboise 16 790 habitants. Après l'axe nord-sud Une ville en pleine croissance Saint-Pierre est la quatrième ville de Touraine avec ses 16 000 habitants. Elle présente l'axe est-ouest un habitat dense, ainsi que la dynamique démographique la plus forte de l'agglomération Pour défendre une deuxième ligne relativement à sa population - plus de 250 naissances par an au cours des dernières années. passant par Saint-Pierre-des- Elle abrite le troisième quartier d'habitat social de l'agglomération avec 5 300 habitants. Corps, les élus s'appuient sur les Elle va renouveler l'habitat à l'est vers La Ville-aux-Dames, dans le secteur de la Morinerie études qui ont affirmé l'intérêt d'un et autour du site Primagaz après la levée du risque industriel. Axe structurant est-ouest cohérent Elle est ville-pilote au plan national pour l'aménagement urbain en zone inondable, ce qui et complémentaire avec l'axe aura des incidences sur l'urbanisation à l'entrée de Saint-Pierre le long de l'avenue Jean- nord-sud de la première ligne. Bonnin. Traverser les voies SNCF c'est possible Il est tout à fait possible, comme l'a montré une étude de faisabilité, de relier le centre-ville aux Atlantes en traversant les voies SNCF à leur point le plus haut, puis de poursuivre vers l'hôpital Trousseau. Un courrier envoyé à Tours Métropole A l'issue de ta réunion publique du 25 avril, les élus de Saint-Pierre-des-Corps ont voté un texte présentant leurs arguments pour une desserte de la ville, pas seulement un arrêt à proximité des Atlantes. Un courrier a été adressé au président de Tours Métropole Val de Loire, soulignant cette volonté de voir une seconde ligne traverser Saint-Pierre et ses quartiers et surtout l'envie d'être intégré à la réflexion concernant cette deuxième ligne de tramway. Les élus demandent à ce que soit étudié le tracé proposé par la ville (voir ci-contre). La gare TCV de la métropole La présence de la gare TGV fréquentée quotidiennement par 12 000 voyageurs confère à Saint-Pierre un rôle particulier dans les besoins de transports domicile-travail. Les voyageurs, qu'ils habitent au nord de la Loire, à l'ouest ou au sud du Cher, doivent pouvoir accéder à la gare ; le tramway doit pouvoir y contribuer. 10 000 emplois dans la ville Un axe cohérent et complémentaire L'axe est-ouest a été reconnu comme un axe structurant par toutes les réflexions sur les Plans de déplacements urbains depuis 2003. La deuxième ligne de tramway est une opportunité pour faire naître cet axe, accroître la fluidité des Historiquement industrielle, elle abrite 1000 déplacements des habitants de la entreprises porteuses de 10 000 emplois métropole sur cet axe, parallèle, occupés par des salariés de l'ensemble du Loire et au Cher. Territoire métropolitain elle est la deuxième Il est cohérent et complémentaire à ville contributrice pour les ressources fiscales l'axe nord-sud donné à la première apportées par les entreprises à Tours Métropole, ligne, et présente de ce fait une belle avec près de 20% de cette ressource. Le dynamique de désengorgement « versement transport » versé par les entreprises et de réorientation des flux représente 57% des recettes du budget transport. citeulatoires. n o - juin

mercredi 10 mai 2017

courrier de Toiurs Métropole mai 2017

COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION Tour( )plus RépubUque Françt:nse

TOURS MÉTROPOLE VAL DE LOIRE Le Président UNION DEPARTEMENTALE CFDT 37 DIRECTION DES MOBILITES MONSIEUR DANIEL BERNARD Dossier suivi par Laurence MARIN LA CAMUSIERE

 02.47.80.12.00    18 RUE DE L'OISELET

Nos Réf : 176/17/LM-CB 37550 SAINT-AVERTIN Tours, le i l I MAI 2017 Objet : liaison 2 gares Monsieur, Comme convenu lors de notre rencontre, je me suis entretenu avec M. Gary au sujet de la liaison entre les 2 gares. Nous avons convenu de réunir le comité technique inteme à nos organismes afin d'avancer sur ce sujet. Je ne manquerai pas de revenir vers vous pour vous tenir informé de l'avancement des réflexions. Je vous prie de croire, Monsieur, en l'assurance de mes salutations respectueuses. sident délég é aux Mobilités Frédéric

jeudi 27 avril 2017

NR - deuxieme ligne de tram

Deuxième ligne de tram : les priorités de l'ADTT 27/04/2017 05:36 Nombre de commentaires réagir(1) Envoyer par mail Imprimer L'Association pour le développement du transport collectif en Touraine (ADTT) attend de connaître le tracé de la future deuxième ligne. - L'Association pour le développement du transport collectif en Touraine (ADTT) attend de connaître le tracé de la future deuxième ligne.

Alors que l’on ne connaît pas encore le tracé de la 2 e ligne, l’association pour le développement du transport collectif en Touraine détaille ses propositions.

Comme nombre de Tourangeaux, l'Association pour le développement du transport collectif en Touraine (ADTT) attend de connaître le tracé de la future deuxième ligne.

Si l'association regrette le délai entre la mise en service de la ligne A (2013) et le lancement attendu pour la ligne B (2023-2024 ?), elle espère que le processus de développement du réseau s'accélérera dans les prochaines années pour démontrer que Tours a « réellement les moyens (de transports) d'une métropole ».

> La liaison Chambray - Verdun. « C'est la priorité », selon Jean-François Troin, président de l'ADTT. L'association préconise un passage par les Fontaines, et une remontée en suivant l'Alouette. Dans ce cas, la ligne ne passerait pas au plus près des sites scolaires et universitaires du bois de Grammont ? : « Ce n'est pas trop gênant car la distance pour rejoindre la ligne de tram reste acceptable. »

La ligne se terminera dans l'enceinte de Trousseau mais l'ADTT propose un prolongement jusqu'à La Papoterie avec la création d'un parking relais. L'association préconise également de revoir le tracé de la ligne de bus à haut niveau de service 2. « Actuellement, elle dessert Trousseau ; demain, elle pourrait se terminer à la clinique du Vinci, à Chambray. »

> Desservir Saint-Pierre. Dans un souci d'« équité sociale », l'ADTT estime que le tram doit passer par Saint-Pierre en empruntant le tronçon gare de Tours - Heurteloup - avenue Jean-Moulin - Rabaterie.

Selon l'ADTT, un prolongement jusqu'à la gare TGV rallongera le parcours et « nuira » à la fréquentation des voyageurs souhaitant rejoindre les deux gares. Pour rejoindre les deux gares, le projet de navette sur voie dédiée portée par la CFDT a la préférence de l'ADTT. Avec l'antenne de Trousseau, ce passage à Saint-Pierre pourrait créer une vraie deuxième ligne entre Chambray et Saint-Pierre, « tel que le Sitcat (1) le préconisait en 2007 », rappelle Jean-François Troin.

> Deux options pour Bretonneau. Dans un troisième temps, le développement du réseau pourrait se faire vers l'ouest, vers Bretonneau, puis La Riche. « Entre un passage par le boulevard Jean-Royer ou les Casernes, ou le boulevard Béranger, deux options restent possibles. » Cette liaison permettrait de créer une troisième ligne est-ouest (Saint-Pierre - Chambray). « Nous aurions alors un véritable réseau avec trois lignes et cinq terminus (2). »
(1) Syndicat intercommunal des transports de la communauté d'agglomération de Tours, dissous en janvier 2014. (2) Vaucanson, Jean-Monnet, Trousseau, Rabaterie, Bretonneau - La Riche.

L'ADTT dispose d'un site internet (adttouraine.com) et d'une page facebook (usagersbustramtours). L'adhésion coûte 15 euros par an. Contact : jf-troin@orange.fr

la phrase

" Tours Métropole Val de Loire s'engagera activement dans ce projet (de modernisation du CHU Trousseau ndlr) notamment par la construction d'une nouvelle ligne de tramway qui reliera les deux sites hospitaliers et desservira en son coeur le pôle hospitalier Trousseau. "

La Métropole se félicite de l'engagement financier (75 millions d'euros) de l'État dans le projet du nouveau Trousseau. Et en profite pour (re) préciser les sites prioritaires de la 2e ligne de tram : Trousseau et Bretonneau. Cela a le mérite d'être clair.

Suivez-nous sur Facebook

jeudi 20 avril 2017

NR

Deuxième ligne de tram : pas de temps à perdre ! 04/04/2015

Pour l’ADTT et certains élus, la réflexion sur la création d’une deuxième ligne de tramway doit être lancée au plus vite. Objectif : une ouverture d’ici 2021. A l'invitation de l'Association pour le développement du transport collectif en Touraine (ADTT), une cinquantaine de personnes ont participé, jeudi soir, aux halles, à un débat sur « l'urgence » d'une deuxième ligne de tramway. Une façon pour l'association, qui propose plusieurs tracés (extension de la ligne A et/ou création de la B, voir infographie), de pousser à la roue pour que la communauté d'agglomération engage au plus vite la réflexion. « Si aucune orientation n'est prise fin 2015, il n'y aura pas d'ouverture de ligne avant 2021, a insisté Jean-François Troin, président de l'ADTT. Actuellement, on a l'impression d'une certaine somnolence : Tours " digère " son tramway. » Décision à l'automne ? Pour alimenter le débat ce jeudi, l'association a rencontré ces derniers mois les équipes municipales de six communes potentiellement concernées par une deuxième ligne (Tours, Saint-Pierre-des-Corps, Saint-Avertin, La Riche, Saint-Cyr-sur-Loire et Chambray-lès-Tours). De ces entretiens, il est notamment ressorti le souhait, d'une partie des villes, de voir une liaison par tramway ou bus à haut niveau de service (BHNS) mise en place entre les CHU Trousseau et Bretonneau, ainsi qu'une desserte efficace entre les gares de Tours et Saint-Pierre-des-Corps. « Le tramway apporterait une réponse très cadencée entre les deux gares », a estimé jeudi soir la maire PCF de Saint-Pierre-des-Corps, Marie-France Beaufils, qui défend également un passage par le quartier de la Rabaterie. La période est même « favorable », selon l'élue, pour que Tour(s)plus se relance dans un projet tram : « Le coût financier des prêts est aujourd'hui faible. » Et l'Europe prête a priori à mettre au pot dans le cadre d'un appel à projets. Emmanuel Denis (EELV), conseiller municipal de Tours et conseiller communautaire, considère lui aussi qu'il est indispensable de s'engager dans un nouveau projet tram sur l'agglo : « C'est un sujet sanitaire et environnemental, il faut choisir très vite un tracé. » Un point de vue partagé par le député socialiste Jean-Patrick Gille : « Il ne faut pas tarder. » Mais pour l'adjoint à la circulation de Tours, Yves Massot (UMP), il est impératif, avant de s'engager, « de faire un point financier pour voir où on en est ». Le président de Tour(s)plus, Philippe Briand, n'est en tout cas pas hostile à une deuxième ligne de tramway : lundi, lors du conseil communautaire, il a laissé entendre qu'une décision pourrait intervenir à l'automne. Johan Guillermin

samedi 8 avril 2017

lettre à la metropole du 7 avril 2017

Union Départementale CFDT d’Indre et Loire « La Camusière » 18 rue de l’oiselet 37550 Saint Avertin

Tél : 02 47 36 58 58 Fax : 02 47 36 58 51 Email : indre-loire@centre.cfdt .fr

Tours le 7 avril 2017

M Philippe BRIAND Président de Tours Métropole Val de Loire

M Frédéric AUGIS Vice-Président transports 60, Avenue Marcel DASSAULT 37206 - TOURS – Cedex 3

M Serge BABARY Maire de TOURS Conseiller communautaire

Monsieur,

Depuis plusieurs semaines, la presse relate les travaux de l’agglo, aujourd’hui de la Métropôle concernant le développement des transports urbains et les projets à l’étude avec dans un premier temps, la création d’une nouvelle ligne de Tram qui raccorderait les deux pôles du CHRU.

Si pour nous ce premier projet et essentiel et indispensable, comme tenu des flux entre ces deux pôles, pour autant, l’amélioration de la desserte entre les 2 gares de Tours et de St-Pierre des Corps l’est également.

Nous avons eu l’occasion de présenter à plusieurs reprises le projet envisagé par l’Union Départementale CFDT qui semblait retenir votre attention et pour lequel vous souhaitiez une étude indépendante.

A ce jour alors que des annonces doivent être divulguées d’ici quelques semaines concernant l’évolution des lignes de Tram, nous n’avons aucun écho concernant la desserte des deux gares et des populations entre de St-Pierre et de Tours.

Or, dans quelques mois, le TGV desservira depuis S-Pierre des Corps Bordeaux, mais également Poitiers, la Rochelle et Angoulême avec des temps de parcours raccourcis.

A cet effet une liaison rapide entre les 2 gares est plus que jamais indispensable, surtout lorsque l’on veut assurer son rôle de Métropole.

Aussi, nous aimerions savoir comment évolue le traitement du dossier que nous avons déposé.

De plus, le changement de Direction à la tête de la SNCF en région Centre avec le départ de M BORRI et son remplacement par Stéphane Coursier devrait permettre de reprendre un dialogue constructif sur ce sujet sur ce sujet.

Nous restons à l’entière disposition de l’agglo pour toutes rencontres et/ou suites utiles.

Monsieur le Président, Messieurs les Conseillers, au nom de l’UD – CFDT 37, nous vous présentons notre haute considération.

Notre projet en ligne sur notre blog

Blog.navette-tours-saintpierre.fr Ou sur notre page Facebook : Cfdt-Crte navettes Tours st Pierre

Pour l’UD – CFDT et son CRTE –CFDT Guy SIONNEAU - Claude GAROU

Pour le Pilotage du Projet Daniel BERNARD

lundi 9 janvier 2017

navettes - NR du 8 janvier 2017

NR 37 du dimanche 8 janvier 2017

Plaidoyer pour une navette Alors que le téléphérique de Brest a du plomb dans l'aile et que le tramway vers saint-Pierre-des-Corps n'est encore qu'un rêve, Daniel Bernard et son syndicat militent toujours pour une navette entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps, le long des voies ferrées existantes avec des aménagements dont le coût total pourrait se chiffrer entre 10 et 15 M€. Si la SNCF traîne des pieds, Tour(s)plus pourrait se laisser tenter. Une réunion de travail est prévue le 24 janvier avec Frédéric Augis, en charge des transports au sein de Tour(s)plus.

lundi 31 octobre 2016

Comparaison des coûts de rénovations ferroviaires

Suite à la réunion du Conseil Communautaire du 17 octobre 2016, et à la proposition d'une étude indépendance, la CFDT détaille dans une lettre à l'agglomération Tour(s)Plus les coûts de construction et de remise en état d'autres infrastructures ferroviaires, pour répondre à l'allégation de la SNCF affirmant que le projet est à 100M€. Soit, pour les 2740m de distance à couvrir entre les PK233,020 et PK235,760, plus de 40M€ du kilomètre, ce qui se situe entre les coûts de construction des LGV SEA (50M€ du km).

jeudi 20 octobre 2016

« 37° Mag : La navette ferroviaire refait parler d'elle »

Le magazine en ligne « 37° Mag » revient sur le projet de navette dans un article mis en ligne le 19 octobre 2016, et revient notamment sur la question du coût avec la différence de chiffrage entre la CFDT et la SNCF. Une copie de l'article est aussi disponible.

mardi 18 octobre 2016

La navette au conseil communautaire

L'agglomération a abordée la question des transports au cours de l'une des délibérations le 17 octobre 2016, au travers d'une question de Vincent Tison, plaidant pour une étude indépendante sur le coût annoncé de 100M€ par la SNCF, comme rapporté par La Nouvelle République. Par ailleurs, Frédéric Augis souhaite voir le téléphérique implanté à Brest, pour pouvoir décider (ou non) de cette hypothèse.

lundi 17 octobre 2016

SNCF : Info ou Intox ?

Suite à l'affirmation d'un coût autour de 100M€ par le directeur régional Yvon Borri, l'UD-CFDT confirme son estimation dans La Nouvelle République du 17 octobre.

Non, la navette ne coûtera pas 100 millions

Suite à l'organisation d'une conférence de presse en gare de Saint-Pierre-des-Corps au sujet de la fermeture des guichets SNCF, le directeur régional estime le coût d'infrastructure de la navette à 100M€. La CFDT réagit par une communication à la communauté d'agglomération Tour(s)Plus détaillant les coûts : lettre à l'agglo du 16 octobre 2016

La navette dans le cadre de Tours Métropole ?

Dans le dossier envoyé à l'État pour le projet Tours Métropole tel que rapporté par la Nouvelle République, l'amélioration de la desserte entre les gares de Tours et Saint-Pierre-des-Corps est mis en avant.

Viennent ensuite les projets : le développement de l'offre cyclotouriste, « fer de lance de l'excellence touristique », le co-investissement dans le projet Trousseau 2026, une politique agricole métropolitaine, l'amélioration de la liaison entre les gares de Tours et de Saint-Pierre-des-Corps, le déploiement des transports en commun avec notamment la « réalisation d'une seconde ligne de tramway dès 2019 (choix de l'itinéraire d'ici fin 2016) ».

mercredi 12 octobre 2016

« Navette, la CFDT repart à la charge »

Suite à l'annonce de l'abandon du projet de téléphérique, La Nouvelle République rappelle le projet porté par la CFDT

Suppressions de guichets de vente en gare de Saint-Pierre-des-Corps

La SNCF annonce de grosses restructurations à partir de 2017 avec, notamment, en février, la fermeture des guichets de vente aux voyageurs, qui resteraient éventuellement ouverts « en période de forte affluences ». D'autres réorganisations impactent le contrôle à bord des TER et les ventes TER.

Plus de détails sur La Nouvelle République : Gros changements à la gare de Saint-Pierre-des-Corps à partir de 2017

vendredi 7 octobre 2016

Lettre à l'agglomération, 7 octobre 2016

Lettre à l'agglomération de Tour(s)Plus suite à la diffusion du sujet sur TV Tours mentionnant l'abandon du projet de téléphérique et de l'extension du tram vers Saint-Pierre-des-Corps : lettre à l'agglo du 7 octobre 2016

Le Comité Régional des Transports et de l'Environnement CFDT (CRTE-CFDT) rappelle par la présente la proposition de projet de navette porté depuis deux ans.

mardi 28 juin 2016

Réponse de Philippe Briand, Tour(s)Plus

Réponse du 17 juin au sujet de la desserte en navette entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps, de Philippe Briand, suite au courrier du 30 mai 2016 : reponse-toursplus

mardi 31 mai 2016

Qu’est devenu notre projet de navettes ?

Communiqué de presse sur la situation du projet de navette entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps

communiqué-presse-tours-saint-pierre-30-mai-2016

Lettre à l'agglomération, 30 mai 2016

Lettre envoyée aux représentants de l'agglomération Tour(s)Plus le 30 mai 2016, à propos des derniers développements autour de la liaison entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps et réaffirmer l'option ferroviaire : lettre-agglo-30-mai-2016

mardi 26 janvier 2016

navettes NR du 26 janvier 2016

" Le projet de navette entre les gares de Tours et Saint-Pierre-des-Corps n'est pas qu'un projet pour les usagers du rail. " NR du 26/01/2016

la phrase

Tandis que le président de l'agglomération – Philippe Briand – vient de confirmer le lancement de nouvelles études pour la création d'une seconde ligne de tram, la CFDT s'invite dans ce dossier pour rappeler l'existence de son projet de navettes ferroviaires entre les gares de Tours et Saint-Pierre. Selon le syndicat, ce projet (qui a déjà été présenté à deux reprises au maire de Tours) doit s'inscrire dans la réflexion globale sur le développement des transports en commun dans l'agglo. Pour la CFDT, l'extension du tramway vers Saint-Pierre-des-Corps ne répondra pas à l'attente des usagers du TGV dans la mesure où les temps de parcours seraient « d'au moins 15 à 20 minutes ». De plus, une liaison tram-train de quai à quai paraît plus délicate à Saint-Pierre compte tenu des constructions aux abords de la gare, alors que 80 % du foncier serait déjà disponible pour le projet de navette ferroviaire.

samedi 23 janvier 2016

tram et ADTT

NR du 23/01/2016

Deuxième ligne de tram : il faut faire vite

Environ 80 personnes ont assisté à la réunion de l'ADTT. - Environ 80 personnes ont assisté à la réunion de l'ADTT.

Sur le tramway, apprendre des autres. Tel était le thème de la réunion publique organisée jeudi soir, aux halles, par l'Association pour le développement du transport collectif en Touraine (ADTT). Devant quelque 80 personnes, le président de l'ADTT, Jean-François Troin, a rappelé la nécessité de ne pas traîner pour le lancement d'une deuxième ligne, car « entre la prise de décision et la mise en service, cinq à six années sont nécessaires ». « Nous sommes dans une période de non-anticipation ou de longues hésitations », a-t-il toutefois reconnu.

Pour alimenter le débat, l'association avait invité des intervenants d'Angers, du Mans et d'Orléans, trois agglomérations de taille comparable à celle de Tours où la deuxième ligne est en projet (Angers), ou opérationnelle (Le Mans depuis avril 2014, Orléans depuis juin 2012). « Sur les 25 tramways en France, seule la Ville d'Aubagne a une seule ligne ; tous les autres ont au moins un embranchement », a rappelé Jean-François Troin. Les participants ont ensuite découvert les différents tracés que propose l'association : l'embranchement en Y partant du carrefour de Verdun pour rejoindre Trousseau, « la plus simple » ; la ligne est-ouest, entre la gare TGV de Saint-Pierre-des-Corps et Bretonneau, « un choix qui créerait un véritable réseau avec cinq terminus et desservirait la Rabâterie, seul quartier prioritaire de l'agglo non traversé par le tram à ce jour. » Dans l'assistance, Emmanuel Denis (conseiller municipal écologiste à Tours) a estimé que « l'idée d'un périphérique est encore défendue par certains, il faut rester vigilant » ; « On parle de 3, 4 voire 5 lignes à cinquante ans mais en attendant on n'avance pas », a ajouté le député Jean-Patrick Gille. Adjoint au maire de la Riche en charge de l'urbanisme, Daniel Langé a mis en avant la nécessité de penser à long terme : « Le tram a deux objectifs : relier les points existants et porter un élan sur les futures zones à desservir. » « Que 2016 soit l'année du lancement de la deuxième ligne », a conclu Jean-François Troin. N. R.

- page 3 de 6 -