Suite à la réunion du Conseil Communautaire du 17 octobre 2016, et à la proposition d'une étude indépendance, la CFDT détaille dans une lettre à l'agglomération Tour(s)Plus les coûts de construction et de remise en état d'autres infrastructures ferroviaires, pour répondre à l'allégation de la SNCF affirmant que le projet est à 100M€. Soit, pour les 2740m de distance à couvrir entre les PK233,020 et PK235,760, plus de 40M€ du kilomètre, ce qui se situe entre les coûts de construction des LGV SEA (50M€ du km).